5 façons d’être un meilleur brûleur de graisse

Il y a quelques avantages évidents à être un meilleur brûleur de graisse : vous vous débarrassez du rembourrage indésirable et vous en récoltez les bienfaits pour la santé, y compris un risque moindre de maladies métaboliques et chroniques comme les maladies cardiaques et le diabète. Mais même si vous êtes mince, l’amélioration de votre capacité à brûler les graisses vous aidera à mieux rouler, car puiser dans vos réserves de graisse presque illimitées augmente votre endurance et réduit les risques de gonflement lors de longs trajets.

EN RELATION: Comment manger léger sur votre vélo sans s’éclater

« Vous vous sentirez aussi mieux », déclare le double entraîneur olympique Gale Bernhardt, co-auteur de Become a Fat-Burning Machine. “Lorsque les cyclistes s’entraînent à brûler plus de graisse, ils profitent de niveaux d’énergie plus uniformes sur leur vélo et ils n’ont pas besoin de manger autant pour alimenter leurs sorties.” Voici ce qu’elle et d’autres recommandent. (Abonnez-vous à Vélo pour plus de façons de tirer le meilleur parti de vos trajets.)

Ajoutez quelques intervalles très difficiles : Pour maximiser votre capacité à brûler les graisses, Bernhardt recommande de faire ce qu’elle considère comme des « intervalles miracles » une ou deux fois par semaine (mais pas plus). Ce sont des intervalles d’effort maximum très courts de 10 à 30 secondes avec une récupération complète entre eux. Combiné à un entraînement d’endurance régulier, la recherche montre que ce type d’entraînement par intervalles à très haute intensité (HIIT) augmente votre consommation maximale d’oxygène, augmente votre seuil de lactate et améliore votre économie de vélo, ce qui vous permet de rester “aérobie” plus longtemps, de sorte que vous peut brûler plus de graisse à des intensités plus élevées. Vous avez besoin d’une base de fitness pour les faire, donc si vous êtes un vrai débutant, ayez quelques mois de vélo à votre actif avant d’intégrer ces entraînements à intervalles dans votre routine.

Voici un exemple d’entraînement “intervalle miracle”:
• Échauffez-vous pendant 20 minutes à un effort aérobie
• 3 x 30 secondes de production d’énergie totale, 4 h 30 d’essorage facile en zone 1
• 3 x 20 secondes de production d’énergie totale, 4 h 40 d’essorage facile en zone 1
• 3 x 10 secondes de production d’énergie totale, 4 h 50 d’essorage facile en zone 1
• Refroidir avec un essorage facile

Respectez votre rétablissement. N’oubliez pas que l’entraînement intensif ne fonctionne que si vous permettez à votre corps de récupérer. Vous avez également besoin de trajets faciles et de jours de congé, dit Bernhardt. “La plus grosse erreur que je vois faire par les cyclistes est qu’ils vont trop souvent, parfois tous les jours”, dit-elle. Dans cette situation, la fatigue émousse toutes ces adaptations qui font de vous un meilleur brûleur de graisse. Au cours d’une semaine donnée, Bernhardt recommande de ne pas faire plus de trois trajets très stressants, qu’il s’agisse d’intervalles, d’un trajet en groupe hammerfest, d’un trajet vallonné ou d’un très long trajet.

N’oubliez pas non plus de dormir suffisamment. Le sommeil est le moment où votre corps se répare et récupère complètement. De plus, la recherche montre que lésiner sur le sommeil ralentit votre métabolisme, ce qui n’est évidemment pas bénéfique pour la combustion des graisses, et entraîne une prise de poids.

EN RELATION: 5 façons de rouler dur et de récupérer plus fort

Faites quelques tours de café chaque semaine. Lorsque les réserves de glycogène sont faibles, votre corps est obligé de puiser dans vos réserves de graisse, c’est pourquoi les cyclistes professionnels ne jurent que par les sorties à jeun depuis des lustres. C’est plus facile à faire le matin. Une ou deux fois par semaine, buvez du café noir (comme notre mélange signature, Puncheur), qui favorise la libération d’acides gras dans votre circulation sanguine et partez en balade, en gardant le petit-déjeuner pour votre retour. “Si vous comptez rouler plus d’une heure et demie, emportez de la nourriture avec vous et commencez à manger après environ une heure et quinze minutes”, explique Bernhardt.

Certaines recherches suggèrent que faire des efforts intenses à jeun renforce encore plus vos adaptations à la combustion des graisses. Donc, si le temps vous manque, vous pouvez vous lever, battre vos intervalles miracles, prendre votre petit-déjeuner et continuer votre chemin.

Mangez plus de matières grasses. Le faible en gras est officiellement mort. Et si vous voulez être un meilleur brûleur de graisse, manger plus de graisse aide, surtout si vous mangez plus d’acides gras oméga-3 über-sains provenant de poissons gras, de noix et d’avocats. La recherche montre que ces acides gras activent les récepteurs de votre tube digestif qui améliorent votre métabolisme de combustion des graisses. Bernhardt recommande personnellement de tirer jusqu’à 50 % de vos calories quotidiennes des lipides. “Je constate que lorsque mes athlètes consomment un pourcentage élevé de calories provenant des lipides, ils n’ont besoin que d’environ 70 à 100 calories par heure sur leur vélo. Cela ne se fait pas du jour au lendemain. Vous devez donner à votre corps plusieurs semaines pour s’adapter avant de vous sentir vraiment bien pendant les entraînements clés.

Évitez les aliments énergétiques pour les courts trajets. Oui, même les machines qui brûlent les graisses doivent faire le plein pendant les sorties et les compétitions longues et/ou difficiles. Mais trop de coureurs mangent trop, prenant des barres et des boissons avant, pendant et après chaque trajet, émoussant leur combustion des graisses et, dans certains cas, prenant du poids. Pour les balades de moins d’une heure, laissez les boissons pour sportifs et les bars à la maison.

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io