Apprenez à faire du wheeling avec Anna Glowinski

Alors vous voulez apprendre à faire rouler un vélo ? Vous êtes au bon endroit.

Il y a une bonne raison pratique pour laquelle vous voudriez apprendre le wheeling – cela vous aide à manœuvrer le vélo vers le haut et au-dessus des obstacles. Mais peut-être encore plus important aux yeux de beaucoup de gens, c’est cool à l’ancienne.

  • Découvrez comment tracer des stands, avec Anna Glowinski
  • Comment conduire sans les mains, avec Anna Glowinski
  • Comment sécher rapidement vos chaussures de vélo trempées, avec Anna Glowinski

Dans cette vidéo, Anna Glowinski explique les bases, de se mettre dans la bonne position de départ et le bon rapport, puis de se pencher en arrière pour trouver le bon point d’équilibre et maintenir le vélo en mouvement en douceur avec des coups de pédale judicieux et un frein arrière.

A partir de là, c’est pratique, pratique et encore plus pratique : en un rien de temps, vous roulerez partout sur une seule roue. Peut-être.

Comment faire rouler un VTT

Étape 1 : Passer à une vitesse inférieure

Il est également utile de trouver une certaine pente, car cela aidera à casser la roue avant. L’herbe plate est idéale et des pédales plates vous permettront d’économiser si besoin.

Sélectionnez le petit anneau à l’avant et un rapport inférieur de trois ou quatre à partir du plus facile à l’arrière. Pédalez au pas en tirant doucement sur les deux freins.

Étape 2 : placez votre pied le plus fort près du haut du virage à pédale

Vous pensez peut-être que c’est là que vous « soulevez » la roue avant avec vos bras. En fait, ce n’est pas le cas – le mouvement vient de vos jambes qui entraînent les manivelles.

Lorsque votre pied avant dépasse le sommet d’un coup de pédale (voir l’image ci-dessous), abaissez soudainement cette pédale et relâchez les freins.

Étape 3 : Appuyez sur la pédale aussi fort que possible

Vous visez la même sensation que lorsque vous pédalez fort en montée et que la roue avant s’allège en raison de la force avec laquelle vous enfoncez les pédales. Au moment où votre pied atteint le bas de la course, votre roue devrait être en l’air.

Si vous n’arrivez pas à faire voler la roue dans les airs, vous êtes peut-être dans une vitesse trop dure, ce qui rend trop difficile d’augmenter soudainement la cadence et de faire monter la roue. Ou peut-être que vous accélérez progressivement plutôt qu’un wheelie rapide et rapide.

Étape 4 : Utilisez votre poids pour vous détendre

Étendez vos bras (mais ne les verrouillez pas) et gardez votre poids sur la roue arrière. Si vous tournez les barres sur le côté, vous comptez peut-être trop sur une traction plutôt que sur une pédale de levage.

La poussée à travers le pédalage passe par le centre du vélo, il est donc intrinsèquement plus stable qu’un coup sec sur les barres. Essayez de vous asseoir plus haut et droit afin que votre poids soit plus en arrière et laissez les barres se lever légèrement avec vos mains au lieu de les tirer.

Étape 5 : Trouvez le point d’équilibre et continuez à regarder devant vous

Maintenant, c’est juste une question de temps et de pratique pour trouver l’équilibre entre pédaler assez fort pour garder la roue haute (et votre élan en mouvement) et aller trop loin en arrière…

N’oubliez pas : ne regardez pas la roue avant ! Si le vélo commence à tomber sur le côté, vous pouvez lancer le genou opposé pour contrebalancer et vous maintenir debout. C’est la façon de diriger quand on roule.

Étape 6 : couvrez le frein arrière (au cas où)

Oui, ça peut faire mal de revenir en arrière. Évitez que cela ne se produise en gardant le frein arrière couvert – une légère pression suffit pour vous remettre dans la bonne position.