Comment gérer les pavés comme … Tom Boonen

Tom Boonen, récemment retraité, est depuis des années le roi des Classiques pavées avec quatre victoires sur Paris-Roubaix et trois sur le Tour des Flandres. Greg Van Avermaet a pris le relais en se révélant être un champion sur les routes romaines, mais rouler sur les terrains les plus accidentés ne se limite pas à monter une paire de pneus de 28 mm et à croiser les doigts.

  • Comment attaquer une montée percutante comme … Peter Sagan
  • Comment grimper comme … Simon Yates

Les exigences rigoureuses des pavés exigent un vélo et une carrosserie prêts à résister à certains battements de cœur. Pour beaucoup, cela signifie emballer un vélo conçu pour le travail, avec des adaptations de suspension. Mais pour d’autres il s’agit d’adapter le vélo et la technique pour franchir les pavés. Voici quelques suggestions …

Choisissez votre ligne et respectez-la

Jetez un œil aux images des Classiques et, quelle que soit l’époque, les leaders seront les garçons avec leur attention fixée fermement vers l’avant. Soyez prudent et visez la ligne la plus douce. Tous les cailloux ne sont pas identiques. Évitez les sections les plus rugueuses et recherchez les parties les plus rapides.

Loin des cailloux ça vaut le coup de traverser

Le cyclocross est un excellent exercice pour faire du vélo et des compétences hors route. De nombreux coureurs de cyclocross ont réussi lorsqu’ils ont mis la main sur les Classiques, le plus récemment Zdenek Stybar avec deux places sur le podium de Roubaix. Il familiarise le cycliste avec les rigueurs d’une conduite difficile, en plus c’est amusant !

Assurer une répartition uniforme du couple

L’adhérence étant un facteur important, il est essentiel de pédaler en douceur, surtout en montée, en restant assis et en poussant les pédales en rond plutôt qu’en marchant dessus. Cela peut maintenir cette adhérence pour réduire la puissance plutôt que de rebondir sur les pavés.

Doubler le ruban adhésif

De nombreux pros ajoutent un deuxième tour de guidoline en ce qui concerne les pavés classiques pour aider à atténuer les vibrations. Cela rend la conduite plus confortable et vous permet de garder le contrôle car cela empêche vos mains de s’engourdir. Les pros ont également recours au ruban adhésif sur les pédales, encore une fois pour absorber une partie des chocs et donner aux crampons un achat supplémentaire.

Réduire la pression

La réduction de la pression des pneus est un geste largement pratiqué chez les coureurs d’élite confrontés à de redoutables pavés. C’est un plus pour le confort et les performances. Alors que la pression inférieure est une conduite plus agréable, une pression de pneu réduite de 70 à 80 psi est également plus rapide, car le pneu se déforme sur les pavés plutôt que de rebondir, ce qui est finalement un gaspillage d’énergie.

La règle d’or : ne pas prendre les collines de galets

Rester détendu est crucial pour garder le contrôle (et imiter les actions des meilleurs pros dans des événements comme Paris-Roubaix). La plus grosse erreur est de trop serrer la barre et de la raidir. Maintenez une prise légère avec le haut du corps détendu et travaillez la direction avec le poids de votre corps et non avec vos bras.