Comment les cyclistes professionnels se préparent pour le jour de la course

Les cyclistes professionnels et leurs équipes ont mis en place des processus de planification méticuleux. Ils arrivent à temps, disposent de tout le matériel nécessaire, connaissent les bons niveaux d’hydratation et de nutrition, peuvent effectuer un échauffement fiable et bien exécuté et disposent d’une boîte à outils de compétences mentales sur laquelle s’appuyer. Ces facteurs, intégrés aux routines, leur donnent le contrôle des choses qu’ils peuvent contrôler.

  • Le meilleur ordinateur de vélo de 2019 | Appareils GPS pour l’équitation, l’entraînement, le tourisme et la navigation
  • Ce vélo de route pliable miniature à queue souple est un délicieux fruit défendu

Être en contrôle vous aide à adopter le bon état d’esprit pour la course, avec suffisamment de nerfs pour vous sentir excité par la course, mais pas au point que votre ventre soit plein de peur et que vous en soyez à votre troisième voyage aux toilettes avec une heure à faire !

Marathon vététiste Sally Bigham équitation un VTT Canyon Sally Bigham

Que se passe-t-il dans ton corps et ton esprit

Ce sentiment d’avoir trop de nerfs est le résultat de s’inquiéter de ce que nous sommes sur le point de faire (génial) et pourquoi nous nous sentons hors de contrôle (pas si génial).

Lorsque nous avons les deux, au lieu d’être excités par la course, nos cerveaux interprètent le sentiment comme une menace. Nous avons les paumes moites, un cœur qui s’emballe, une poussée d’adrénaline et de cortisol, et un corps qui veut se vider pour pouvoir s’échapper facilement à tout moment, c’est pourquoi vous passez beaucoup de temps dans les files d’attente aux toilettes.

Je commence à entrer dans un sentiment de calme serein et mes nerfs s’en vont alors que j’attends le coup de départ Sally Bigham, championne et entraîneure du marathon VTT

Ces réponses physiques sont utiles si nous sommes sous une menace physique réelle, mais ennuyeuses lorsqu’il ne s’agit que d’une menace perçue, plus motivée par l’ego, à laquelle nous avons affaire.

Amortir à quel point nous nous soucions peut être difficile – nous ferions mieux d’essayer de nous sentir plus en contrôle. S’entraîner comme un pro nous donne ce contrôle, nous considérons donc la course comme un défi passionnant plutôt qu’une menace qui nous retourne l’estomac et pour ce faire, nous avons besoin d’une routine de pré-performance.

L’importance d’une routine pré-spectacle

Une routine de pré-performance signifie que votre attention reste dans le présent et uniquement sur les éléments pertinents à la tâche. Il aide à réduire l’anxiété, vous amène à votre niveau nerveux optimal et améliore la concentration, la concentration et les performances.

La routine vous prépare à la course, en vous sentant à l’aise d’avoir fait tout votre possible pour atteindre la ligne de départ avec la meilleure préparation. Plus vous répétez et pratiquez la routine, plus elle est bénéfique.

Les cyclistes se sentent souvent plus à l'aise s'ils peuvent gérer des éléments contrôlables Heidi Bludon

Crée le tien

Une routine de pré-performance fonctionne lorsqu’elle vous appartient vraiment, vous devez donc la concevoir en fonction de votre personnalité, de votre événement cycliste et de vos préférences de préparation.

Considérez combien de temps vous voulez que votre routine couvre; certains aiment 24 heures (pour une grande course) certains moins d’une heure (pour les courses régulières).

Avec un plan méticuleux, vous pouvez vous préparer comme un pro et souvent performer comme tel aussi

Tenez compte de chaque élément de votre préparation et intégrez-le dans votre plan avec un temps alloué réaliste :

  • Formation préalable Un plan d’entraînement en vue d’une course, y compris le temps de repos/réduction avant la course
  • Kit et équipement Votre vélo a été vérifié et est en parfait état de course, tout votre kit est prêt ou emballé
  • Voyage et Logistique Votre voyage vers l’événement a été planifié, y compris du temps supplémentaire en cas de retard, plus suffisamment de temps pour l’installation et la préparation sur place
  • Tactiques de course Vous avez réfléchi à l’avance à la manière dont vous aborderez la course et à ce que vous visez
  • Aliments: Un plan nutritionnel testé avant, pendant et après la course
  • Chauffage Une séquence ou un échauffement préparé à l’avance, adapté à vos besoins et pratiqué
  • Compétences mentales Un ensemble de techniques ou de pratiques qui vous aident à adopter le bon état d’esprit. Il peut s’agir d’images, d’autosuggestions positives ou de techniques de respiration profonde.
  • Musique Une liste de lecture musicale qui vous aide à vous concentrer ou à vous détendre aide certains cyclistes

L’exemple professionnel : Sally Bigham, championne et coach de marathon VTT

La coureuse de marathon de vélo de montagne Sally Bigham prend le temps de respirer profondément avant une course Sally Bigham

Sally Bigham a récemment pris sa retraite du vélo de montagne professionnel, après avoir passé dix ans à rouler pour l’équipe de course Topeak-Ergon.

Elle a remporté les championnats britanniques de marathon à six reprises, a été championne d’Europe de marathon VTT et a remporté trois fois le Leadville 100, et dirige maintenant une entreprise de coaching.

Quand elle a couru, elle était à cheval sur une bonne routine de pré-performance et a écourté les trois heures avant de se précipiter dans la suivante;

Le programme de Sally Bigham pour le matin de la course

Reste trois heures : « Petit-déjeuner de bouillie à base d’eau surmontée d’une banane et de miel et d’un café noir. Ensuite, je m’asseyais sur mon lit d’hôtel et j’écoutais de la musique pendant que je regardais et vérifiais les statistiques de course, les cartes, la logistique et la nutrition. Je me visualisais parfaitement en train de parcourir les sections techniques et de visualiser mes tactiques de course à l’entraînement. Pour les courses particulièrement importantes, je travaillais avec des techniques de respiration profonde pour aider à me détendre.

Il reste une heure : « Je commençais ma routine d’échauffement (toujours la même), tout en écoutant une playlist d’échauffement. Après avoir enfilé des vêtements secs, j’allais aux toilettes et j’arrivais au stand 15 minutes avant le départ.

Dix minutes pour aller: “A 10 minutes de la fin, je prendrais un gel de glucides.”

Cinq minutes pour aller : “Je commence à secouer mes quadriceps avec mes mains (une habitude) et à vérifier les fermetures de mes chaussures (une autre habitude) et (plus que probablement) à me tenir debout sur mes orteils tout en les tapant sur le sol (une habitude étrange !).”

Sur la ligne de départ : “Je commençais à ressentir un sentiment de calme et les nerfs s’en allaient en attendant le coup de départ.”

Comme le montre Bigham, avec un plan méticuleux pratiqué régulièrement et avec tous les éléments couverts, vous pouvez vous préparer comme un pro et souvent performer comme tel aussi.