Comment réduire le courant comme Tom Boonen

S’éloigner d’un groupe (qu’il s’agisse de concurrents que vous essayez d’abandonner ou d’amis que vous retrouverez éventuellement après vous être amusé) est extrêmement gratifiant, et tandis que les coureurs plus légers attendront que les collines fassent leur marque, plus les plus puissants d’entre nous peuvent obtenir le même effet en augmentant le rythme sur les plats exposés, en sortie de virage ou par vent de face.

Récemment retraité, Tom Boonen, quadruple vainqueur de Paris-Roubaix, était passé maître dans l’art de fournir un effort soutenu capable de faire dérailler tout un peloton.

  • Qu’est-ce que le FTP pour le cyclisme ?
  • Guide du débutant pour l’entraînement en salle : tout ce dont vous avez besoin pour commencer

1. L’entretien est essentiel

Vous ne maintiendrez pas votre effort si vous plongez trop profondément dans le rouge trop tôt. Maintenez votre effort dans les virages et les fluctuations de rythme, les changements de surface de la route et la pente. Vous essayez de maintenir l’effort aussi constant que possible, mais il est important de pouvoir aller au-dessus et au-dessous du seuil selon les besoins.

2. Tirez à travers la barre

Vous essayez de mettre autant d’énergie que possible dans les pédales, et une façon d’y parvenir est de tirer à travers la barre et de transmettre cette énergie à travers votre corps et dans les manivelles. Cela se produit naturellement lors de l’escalade, mais nécessite une réflexion de niveau.

3. Nature morte

Si vous souhaitez fournir cette puissance à vos pédales, vous devez verrouiller votre cœur afin qu’il ne soit pas gaspillé en cours de route. Un tronc solide est également essentiel pour donner à vos jambes une base solide sur laquelle pousser. Une grande partie de ce travail se fait à l’entraînement, mais garder le corps immobile est la technique clé ici.

4. Sélection des vitesses

Si vous êtes un cycliste puissant, faire rouler une grande vitesse sur le plat vous aidera à traduire cette puissance en vitesse. Enroulez autour de l’engrenage pour créer un cercle de pédalage aussi large que possible, en vous concentrant sur la conduite dans la course descendante et en poussant et en tirant au point mort lorsque vos pieds sont à 12 et 6 heures.

5. Style de trait

Tirer à travers le coup de pédale et garder la jante grande sont les clés d’une conduite douce et puissante. Boonen est réputé pour son style talon bas sur le bas du tir, utilisant son pied pour étendre le levier.

6. Gardez la chaîne tendue

En utilisant une grande vitesse, en gardant votre corps immobile et en vous concentrant sur le pédalage dans de grands cercles, vous éliminerez tout le mou de la chaîne. Garder la chaîne tendue est le secret d’un pédalage rapide et la preuve visible que l’énergie n’est pas gaspillée.

La règle d’or : clouez vos zones d’entraînement

L’utilisation de la fréquence cardiaque ou de la puissance et la réalisation d’un test de seuil fonctionnel est un moyen précis de calculer vos zones d’entraînement, mais l’effort perçu peut être utilisé sans elles..

  1. Récupération active : Comment ça se sent : facile, il suffit de tourner les jambes sans effort
  2. Résistance : Comment ça se sent : Conduite régulière tout au long de la journée
  3. Temps: Ce que ça fait : un effort déterminé que vous pouvez garder
  4. Le seuil : Comment ça se sent : C’est difficile à maintenir puisque vous êtes proche de la limite, mais c’est durable
  5. VO2 max : Comment ça se sent: Difficile, nécessitant des niveaux d’effort élevés. Vos jambes commenceront à brûler rapidement
  6. Capacité anaérobie : Comment ça se sent : Un sprint à 100% impliquant un effort maximum