L’age est juste un nombre

1. Quand as-tu commencé à faire du vélo ? Et quand êtes-vous devenu sérieux ?

Comme tout le monde, j’ai commencé à faire du vélo quand j’étais enfant. En vieillissant, j’avais plusieurs vélos de route, pour me rendre au travail. J’ai fait la navette avec des roadies dans les années 80 à l’heure du déjeuner ; nous sortions pendant une heure, une heure et demie de pause déjeuner et nous roulions. J’ai fait ça pendant un certain temps, jusqu’à la fin des années 90 et même au-delà, juste pour me rendre au travail, parce que c’était amusant. Je n’étais pourtant pas très sérieux. Puis en 2004, j’ai reçu un e-mail d’un ami me demandant si j’aimerais être le cycliste dans un triathlon par équipe. Ma première réaction a été la panique ! Mais j’ai sorti mon vélo, je l’ai dépoussiéré et j’ai pratiqué leur parcours. J’ai gagné leur catégorie. Ensuite, je me suis dit comment je pourrais probablement faire les trois catégories – courir, nager et faire du vélo. Environ deux mois plus tard, je me suis inscrit à 2 triathlons le même week-end. En 2005, cependant, j’ai réalisé que le vélo était mon point fort. Je me suis pratiquement noyé pendant la section natation – il y a une grande différence entre nager parmi 500 autres personnes et s’entraîner seul ! Ensuite, j’ai décidé d’aller à un contre-la-montre local près de chez moi. Et en 2006, j’ai décidé de rejoindre leur club de vélo. Ma première course était un critérium – c’était une huée, très idiote et amusante. De là, je suis allé à plusieurs autres critériums et courses sur route.

2. Quand avez-vous décidé de commencer le cyclo-cross et pourquoi l’avez-vous fait ?

Un ami m’a encouragé à venir voir une course de cyclocross un jour. Alors je suis descendu et j’ai regardé. Il semblait qu’ils ne faisaient rien d’extrêmement difficile pour lequel j’aurais besoin d’un vélo de montagne – plus que c’était simplement extrêmement amusant. Tout le monde autour de moi a commencé à parler d’une course de cross débutant facile, destinée exclusivement aux personnes qui n’en avaient jamais fait auparavant. J’ai décidé de participer à deux événements le même week-end, ce qui était un peu stupide alors que je ne savais même pas ce que je faisais. Mais il y a quelque temps, j’avais acheté un cadre lors d’une vente immobilière dont je ne savais pas qu’il était destiné au cyclocross. J’ai construit les jantes et les pneus donc au moment de la première course, j’avais un vélo de cyclocross.

3. Comment s’est passée ta première course ?

L’une des premières courses auxquelles j’ai participé était à Cape Cod. Je tombais tous les 20 pieds et je me suis dit : “Ce n’est pas mon idée d’un cours pour débutant. Je vais me suicider.” C’était dans et hors des vignes, du gravier, du sable, beaucoup de choses intéressantes. J’étais à peu près sûr que j’allais mourir ce matin. J’ai fait la course pour débutant et j’ai réussi à terminer sans me faire mal, mais quand j’ai fini, je me suis dit : “Ouais, je ne pense pas que je veuille refaire ça.” Mais je saute à pieds joints. J’ai essentiellement continué à assister à deux courses chaque week-end et j’en ai appris davantage.

4. Comment vous entraînez-vous ? Avez-vous un entraîneur?

J’ai un entraîneur. Si vous deviez regarder une seule semaine d’entraînement, le premier jour est un jour de récupération. Je fais très peu avec le vélo lui-même, à moins que je ne fasse une balade récréative à un rythme lent. Les trois jours du milieu comprennent différents objectifs, souvent sur des choses comme l’intensité. C’est la partie la plus difficile de la semaine. Le vendredi est une journée de semi-récupération, passée sur le vélo. Je fais un peu d’intensité pour réveiller mes jambes et je pratique tout ce dont j’ai besoin pour la prochaine course du week-end. Si je cours le samedi et le dimanche, puis trois jours par semaine, je ferai également des exercices d’habiletés pour le cyclocross, comme des départs arrêtés, des sprints de 20 à 40 secondes, des virages serrés, des huit dans les places de stationnement , essayez de faire des stands sur piste et faites des montées en pente dans la terre. Deux à trois fois par semaine, je fais également du jogging sur environ un kilomètre et je fais quelques sprints dans le vent.

5. Comment ton âge influence-t-il ton style de pilotage ?

Ce n’est pas le cas. Je me vois faire ça pendant encore 10 ou 20 ans. J’aurai peut-être des roues stabilisatrices un jour. Le vélo aide les gens à maintenir leur équilibre. Il y a une grande différence entre l’équilibre mobile et l’équilibre statique. Si vous continuez, vous pouvez le faire pour toujours.

6. Quels conseils avez-vous pour les cyclistes qui vieillissent ?

La chose la plus importante pour l’entraînement à mesure que vous vieillissez s’applique au fait que vous ayez 14 ou 94 ans – c’est le reste. Trop de gens ne dorment pas assez; ils essaient d’entasser trop de choses dans leur vie. Dans la partie entraînement, ils ne croient pas leur entraîneur sur parole. Vous devez prendre le repos aussi au sérieux que l’entraînement. Mon entraîneur me dit de ne pas toucher le sol, de flotter dans l’eau et d’écouter de la bonne musique. C’est important. Il y a une raison pour laquelle ils vous disent de prendre congé le lundi et le vendredi.

7. Quels conseils donneriez-vous aux cyclistes un peu plus âgés qui voudraient s’essayer à la course ?

Vous devriez demander conseil aux gens de votre région pour ce qui serait une bonne première course. Beaucoup de gens qui veulent essayer la course sautent et essaient n’importe quelle ancienne course, ce qui peut être décourageant. Trouver la bonne course est important. Considérez-vous comme un athlète. Jetez votre jambe sur ce vélo. Montez dessus avec l’intention d’en faire quelque chose. Regardez et parlez aux gens qui assistent aux courses, formez votre propre groupe de personnes, des gens qui connaissent des choses que vous ne connaissez pas. Assurez-vous de sélectionner un magasin où ils vous traiteront comme un coureur. Et oui, vous avez besoin d’un coach.

8. Avez-vous des conseils généraux pour les cyclistes ?

Pour la personne qui n’a pas fait de vélo depuis un certain temps, montez sur un vélo et rappelez-vous à quel point c’est amusant. Si cela vous rappelle à quel point il est amusant de rouler, rejoignez une balade à vélo, faites-vous des amis qui font du vélo. Pour moi, mon programme est juste de toujours passer un bon moment !

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io