Le guide du cycliste par tous les temps sur la superposition

À moins que vous ne rouliez longtemps uniquement lors de journées d’été parfaitement ensoleillées lorsqu’il n’y a aucune menace de “météo” dans le ciel, vous devrez apprendre à superposer. J’ai fait des manèges, surtout au début du printemps, lorsque le temps était capricieux et imprévisible, où nous avons roulé sous un ciel couvert de 50 ° F et terminé sous un soleil de 78 ° F.

D’un autre côté, je suis sorti sous un soleil de 70 ° F et j’ai fini par sortir le cul des bois sous une pluie battante à 45 ° F (je le déconseille fortement). Dans les deux cas, la stratification est essentielle.

Pourquoi la superposition est-elle si importante ? Parce que les couches emprisonnent la chaleur de votre corps entre elles, vous restez ainsi au chaud pendant les sorties par temps frais. Vous pouvez également supprimer une couche si la température augmente de manière inattendue. Lorsqu’elles sont bien faites, vos couches évacueront également l’humidité de votre peau et empêcheront l’humidité extérieure d’atteindre votre peau dans des conditions humides, pour vous garder au sec et à l’aise lors d’un trajet.

EN RELATION: Comment traverser les pires conditions météorologiques

Je compare souvent la superposition pour un tour à un gâteau de mariage en couches – parfaitement sucré lorsqu’il est bien fait. Commençons par la fondation. Une bonne couche de base est indispensable. Un tissu high-tech comme un mélange polypropylène-polyester évacuera l’humidité de votre corps. Le problème est que beaucoup de ces vêtements peuvent piéger les odeurs et obtenir un joli rang.

Vous pouvez suivre la voie naturelle et choisir une couche de base en laine mérinos. Contrairement à la laine irritante du passé, les tissus en laine mérinos sont doux pour la peau, ne puent pas et peuvent garder votre cœur au chaud même les jours les plus froids. Quoi que vous fassiez, ne portez pas de coton. Il absorbe l’humidité sans évacuer la transpiration, vous n’avez donc qu’une chemise lourde et froide contre votre peau. Votre couche de base peut être à manches longues ou à manches courtes en fonction de la fraîcheur à laquelle vous vous attendez. Généralement, une fois qu’il atteint le bas des années 40, je vais avec des manches.

Vient ensuite la couche intermédiaire. Le rôle d’une couche intermédiaire est de travailler avec votre couche de base pour évacuer la transpiration et isoler votre torse pour fournir de la chaleur. Pour des conditions plus douces, un maillot et des manchettes fonctionneront très bien par-dessus une couche de base à manches courtes. Encore une fois, quand le mercure descend en dessous de 45°F (mon seuil personnel), je pars avec un maillot à manches longues. Un point important à surveiller ici est que votre couche intermédiaire ne soit pas trop serrée. Bien que les vêtements de cyclisme soient naturellement bien ajustés, vous avez besoin d’espace pour respirer – littéralement – pour que la superposition fonctionne, car il doit y avoir un peu d’espace pour emprisonner l’air et retenir la chaleur.

Enfin, couronnez le tout avec un peu de protection contre le vent et les intempéries sous la forme d’une coque extérieure. Par temps doux, un gilet suffit. Comme il fait plus froid, une veste fine imperméable et coupe-vent est la solution. Lors des démarrages par temps froid, vous pouvez le porter à l’extérieur, puis l’enrouler et le ranger dans la poche de votre maillot lorsque la journée se réchauffe. Ou, si vous pensez que vous serez absent lorsque la température commencera à baisser ou que vous vous rendrez dans les montagnes où il pourrait faire très chaud lors d’une longue montée et froid lors de la descente, rangez-le dans votre poche avant de partir. Au cas où.

CONNEXES: Guide du cycliste pour s’habiller pour les sorties d’automne

Rassembler le tout
La superposition pour une balade à 40 °F pourrait ressembler à ceci :

•Couche de base : un sous-vêtement à manches longues ou courtes (par exemple, un mélange de polypropylène et de polyester ou de la laine mérinos).
• Couche intermédiaire : un maillot de cyclisme à manches longues ou courtes, selon le poids de votre couche supérieure.
•Couche supérieure : une coquille ou une veste fabriquée à partir d’un matériau qui offre une protection contre le vent et l’eau.

Cet article a été initialement publié dans Bike Your Butt Off!

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io