Le secret de l’entraînement croisé de la vététiste olympique Lea Davison

Note de l’éditeur : Cet article a été publié pour la première fois dans l’édition imprimée de septembre 2016 de Bicycling.

La coureuse olympique de vélo de montagne Lea Davison a une obsession secrète. Elle a regardé Blue Crush et n’arrêtait pas de penser au surf. Voici ce qu’elle a appris sur ce sport humiliant et stimulant.

EN RELATION: Améliorez votre cyclisme tout en faisant du cross-training avec ces 7 sports

• Surfer sur une vague a quelque chose de magique. C’est une sensation tellement cool – vous vous précipitez littéralement sur le visage de cette houle d’eau.

• Chaque fois que j’attrape une vague et que je la ride, j’ai l’impression que c’est un miracle. Beaucoup de choses doivent s’aligner. Je suis beaucoup plus en contrôle sur mon vélo : toute l’énergie vient de moi, ce qui est cool. Mais en surfant, vous exploitez une autre forme d’énergie.

• Avec le vélo, une fois que vous savez comment faire, vous pouvez le faire pendant des heures. L’océan, c’est toujours en mouvement. Il y a tellement de variables. Vous pouvez être là-bas et il n’y a aucune garantie que vous attraperez une vague. Et puis quand vous le faites, vous êtes dessus pendant, quoi, cinq secondes ? Dans toute ma vie, j’ai probablement passé trois heures au total debout sur une planche de surf. C’est tellement humiliant.

• Vous allez vite ! Cela peut devenir effrayant très rapidement. Ce n’est pas le cas, je vais marcher dans ce jardin de rocaille parce que je ne veux pas descendre. Ça y est, j’ai passé la pause, comment vais-je regagner le rivage ?

CONNEXES: Rencontrez l’athlète du Super Bowl qui roule aussi fort qu’il joue

• L’eau, pour la plupart, est un atterrissage en douceur. J’ai eu beaucoup plus de cicatrices d’accidents de VTT que de surf. Il y a juste quelque chose de curatif dans l’eau. Chaque fois que vous êtes dans l’eau, c’est une bonne journée.

• Quand vous devez être vraiment bon à quelque chose, c’est bien de ne pas être bon à autre chose. Il n’y a pas de pression. J’ai tellement l’habitude d’être en mode compétition que j’ai dû me rappeler : « Attends une seconde, Lea, ça n’a pas d’importance. Je n’ai pas besoin d’être de classe mondiale. Je peux être mauvais à ça et me détendre et juste m’amuser. C’est une bonne leçon à apprendre.

• Après les courses de vélo, j’aimerais devenir bon en surf. J’adorerais me faire tonneler – rouler dans le tube de la vague. C’est mon rêve.

Les 3 conseils de Lea pour surfer en douceur 1. Détendez-vous. Toute la projection du surf est que nous ne faisons que nous détendre sur l’eau, mais souvent les gens dégagent des vibrations de colère. C’est étrange. Il n’y a généralement pas une offre limitée de vagues.

2. À tour de rôle. Lorsque vous pagayez, cédez le passage aux personnes qui surfent déjà. Si vous ne pouvez pas pagayer devant eux en toute sécurité, plongez sous la vague derrière eux. Si quelqu’un monte sur une vague avant vous, c’est la sienne.

3. Diffusez-les. Si vous tombez en eau peu profonde, mettez-vous à plat en vous étalant comme une étoile de mer. Vous ne voulez pas heurter un récif ou un rocher avec votre pied.

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io