Les 10 commandements de l’entraînement

1. Ayez un plan. L’aile c’est bien parfois, mais ça ne suffit pas quand vous voulez réaliser quelque chose de grand. Des réalisations vraiment remarquables, qu’il s’agisse de terminer votre premier tour du siècle (100 milles) ou de vous aligner pour votre première course (oui, cela pourrait arriver), nécessitent une planification et une exécution minutieuses.

2. Soyez prêt à abandonner le plan. Vous êtes programmé pour trois séries de rotations à grande vitesse, et vos jambes ont l’impression de remuer dans du ciment humide. Essayez quelques efforts pour voir s’ils reviennent. S’ils ne le font pas, votre corps vous dit qu’il ne s’est pas remis de votre dernier effort. Prenez la journée en douceur et frappez fort demain à la place. Votre plan doit être gravé dans l’argile pour le mouler selon vos besoins, pas dans la pierre pour vous marteler.

EN RELATION: Comment rouler dur et récupérer plus fort

3. Roulez aux extrêmes. De nombreux cyclistes ne vont jamais assez fort ou assez facilement pour faire de gros gains. Au lieu de cela, ils passent la plupart de leurs trajets à rouler confortablement. Une fois par semaine, allez si fort que vos yeux vous font mal. Suivez-le avec une balade si lente que les escargots bâillent. La combinaison rend les jambes fortes.

4. Soyez fidèle à vous-même. La plupart des cyclistes sont des bêtes de somme par nature. Profitez de la camaraderie, mais ne laissez pas vos objectifs d’entraînement être saccagés par les concours constants de KOM (roi de la montagne), les sprints urbains et la mentalité du groupe. Si vous ne pouvez pas vous faire confiance pour vous asseoir et aller doucement quand vous en avez besoin, roulez seul.

5. Faites ce qui craint. Vous détestez l’escalade parce que c’est difficile pour vous. Tu devrais grimper parce que c’est dur pour toi.

6. Pensez progressivement. Faites plus que parcourir des kilomètres. N’abandonnez pas les exercices simplement parce qu’un plan d’entraînement est terminé. Faites des intervalles, des tours de cadence et d’autres entraînements spécifiques conçus pour défier progressivement votre corps de différentes manières d’une semaine à l’autre. Donnez un objectif à chaque course.

7. Maintenir la machine humaine. Continuez à renforcer votre tronc et les autres muscles stabilisateurs. Continuez à vous étirer. En gardant vos muscles de soutien forts et vos articulations souples, vous pouvez éviter un dos douloureux, des fléchisseurs de hanche serrés et d’autres blessures de surutilisation qui peuvent affaiblir même le cycliste le plus fort.

8. Entraînez votre cerveau. Votre corps peut faire plus que vous ne le pensez. Convainquez-le en utilisant votre cerveau, grâce à un discours intérieur positif et à la visualisation. Vous serez surpris de ce que vous accomplirez lorsque vous direz que vous le pouvez.

9. Mangez. Le carburant est tout pour atteindre de grands objectifs comme des trajets de 100 milles ou des trajets caritatifs de plusieurs jours. Entraînez votre ventre comme vous faites vos jambes. Alimentez vos séances d’entraînement avec les mêmes aliments que vous mangez le jour de l’événement. Vous roulerez plus vite à l’entraînement et digérerez mieux quand ça compte. N’ayez pas peur d’expérimenter. Il existe des dizaines de concoctions énergétiques différentes pour une raison. Aucun régime ne fonctionne pour tout le monde.

10. Profitez de la balade. Tu as un travail. Vraisemblablement, l’équitation n’est pas ça. Travaillez dur pour cela. Mais ne jamais le faire fonctionner.

Ce texte est apparu à l’origine dans Bike Your Butt Off!

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io