Les meilleurs conseils de cyclisme que j’aie jamais reçus

Andy Hampsten, vainqueur du Giro d’Italie 1988
“Enroulez vos pouces autour de votre barre. Même certains pros posent simplement leurs pouces à côté de leurs doigts sur le dessus de la barre lorsqu’ils ne font pas de course intense. Mais les accidents semblent se produire plus souvent lorsque les gens sont détendus que pendant les moments intenses d’un Utilisez votre pouce comme crochet et vous aurez plus de chances de garder le contrôle lors d’accidents stupides.

Chris Baldwin , champion national américain du contre-la-montre 2003 et 2005
“Quand j’avais 13 ans, mon patron dans un magasin de vélos m’a dit que lorsqu’il courait, le haut de son corps était si détendu que sa lèvre inférieure tremblait avec les vibrations de la route. Aujourd’hui encore, quand je fais du contre-la-montre ou de l’escalade, je me détends mon visage, et mon corps a tendance à suivre.”

Dave Zabriskie, 6 fois champion national américain du contre-la-montre et 2 fois vainqueur d’étape du Tour de France
“Frank McCormack m’a montré comment sécher mes vêtements. Il a posé une serviette sèche, puis il a posé les vêtements mouillés sur la serviette après les avoir lavés. Il a enroulé la serviette, puis a marché dessus et l’a finalement essorée aussi fort que il pourrait. Après cela, vous n’avez qu’à suspendre vos vêtements un peu avant qu’ils ne sèchent.

Kimberly Bruckner, quadruple championne nationale des États-Unis et médaillée d’or du contre-la-montre panaméricain en 2003
“Portez toujours des gants. J’avais une coéquipière qui n’en avait jamais porté et ses mains semblaient avoir 80 ans. Si j’oublie mes gants, je ne peux pas commencer une course tant que je n’en ai pas trouvé une paire supplémentaire. C’est juste mon truc. ”

Christian Vande Velde, Top 10 du Tour de France 2008 & 2009
“N’oubliez pas que tous les autres coureurs sont humains. Ils s’entraînent, ils souffrent, ils saignent, ils pleurent. J’ai reçu ce conseil de mon père – j’avais le luxe d’être le fils d’un ancien cycliste professionnel – quand j’étais un des juniors effrayés et intimidés faisant la course contre des gens de Californie, de Floride et de New York, et voyant des plaques d’immatriculation de personnes à 2 000 milles de distance.”

Freddie Rodriguez, triple champion national des États-Unis
“Croyez. Mon père a couru dans les années 50 et a grandi en Colombie, où ils utilisaient ce truc pour l’énergie appelée panela. C’est comme du sucre brun qui a été chauffé. Il m’a dit que je devais utiliser ce truc. C’est juste du sucre brun. , mais je croyais, “Ça y est”, alors ça a vraiment marché. Croyez en quelque chose et tenez-vous-y.”

Christine Thorburn , championne nationale du contre-la-montre féminin 2004
“Prévoyez à l’avance les changements de vitesse dans les montées. Si vous exercez une pression énorme sur les pédales lorsque vous changez de vitesse, vous pouvez vous coincer dans une vitesse ou faire tomber votre chaîne.”

Tim Johnson, triple champion national américain de cyclocross
“Un ami très proche, beaucoup plus âgé que moi, m’a dit d’écouter tout le monde et de ne croire personne – ce qui signifie essentiellement que vous devez comprendre les choses par vous-même.”

Ivan Basso, vainqueur du Giro d’Italie 2006 et 2009
“Mangez tôt, allez vous coucher tôt. Ne mangez pas de mauvaise nourriture.”

Bjarne Riis, vainqueur du Tour de France 1996
“Souffrez. Sacrifiez.”

Jens Voigt, triple vainqueur d’étape du Tour de France
“Eddy Merckx a dit : ‘Attaque quand ça te fait mal parce que tu sais que tu vas t’en sortir.’ J’essaie juste de continuer à faire ça.”

Frankie Andreu, 9 fois finaliste du Tour de France
“Faites une sieste tous les jours. C’est la partie la plus importante de l’entraînement. J’ai fait une sieste tous les jours. Cela a fait la différence à chaque sortie d’entraînement.”

Mari Holden , championne du monde du contre-la-montre 2000 et médaillée d’argent olympique du contre-la-montre 2000
“Je pense que le conseil le plus important que j’ai reçu ressemblait plus à une directive de mes parents, et c’était de porter mon casque. J’étais un rebelle à l’époque et je le cachais dans les buissons à l’extérieur de ma maison, mais au fil des années. J’ai commencé à porter mon casque tout le temps, et maintenant je me sens nu sans lui. J’ai eu des accidents assez graves au fil des ans et j’ai toujours été reconnaissant d’avoir mon casque.

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io