Les tatouages ​​peuvent perturber votre taux de transpiration

Bien sûr, cette pochette élaborée de symboles tribaux, d’anneaux de chaîne et de flammes peut sembler féroce lorsque vous êtes la tête baissée et que les fusils flamboient vers une arrivée au sprint. Mais les chercheurs se demandent maintenant si l’encre de tatouage peut également interférer avec le mécanisme de refroidissement naturel de votre peau, à savoir la transpiration.

Voici pourquoi ils regardent de plus près : Les aiguilles de tatouage fonctionnent en déposant de l’encre de manière permanente dans la couche de derme de la peau, qui est composée de fibres de collagène, de nerfs, de vaisseaux sanguins et de glandes qui incluent vos glandes sudoripares eccrines. Ces glandes sont ce que votre corps utilise pour produire de la sueur qui jaillit de vos pores pour se déposer sur votre peau, où elle sera évaporée pour vous rafraîchir. Récemment, des chercheurs de l’Alma College dans le Michigan ont découvert que tout ce piqûre et l’inflammation qu’il provoque semblent laisser derrière eux des dommages durables ainsi qu’une œuvre d’art permanente.

Dans l’étude, les scientifiques ont testé 10 volontaires qui avaient des tatouages ​​d’un côté de leur corps, mais pas de l’autre. Ils ont ensuite appliqué des disques spéciaux de collecte de sueur, qui stimulent, collectent et analysent la composition de la sueur sur la peau tatouée et la peau non tatouée au même endroit du côté opposé du corps. Les résultats ont été assez spectaculaires.

En moyenne, le taux de transpiration de la peau tatouée était d’environ la moitié du taux de transpiration de la peau non encrée. La peau tatouée était aussi « plus salée » parce que les glandes sudoripares endommagées réabsorbaient moins efficacement le sodium de la transpiration avant qu’il n’atteigne la surface de la peau. En moyenne, la concentration de sodium de la peau tatouée était 1,73 fois plus élevée que celle de la peau non tatouée.

CONNEXES: 10 soins de la peau incontournables pour l’équitation d’été

La grande question est de savoir si cela se traduit par une sorte de surchauffe ou de déséquilibre électrolytique sur le vélo. La chercheuse principale Maurie Luetkemeier, PhD, dit qu’il reste de nombreuses questions auxquelles il reste à répondre. Les glandes sudoripares peuvent agir différemment lorsque vous les stimulez naturellement en augmentant la température de votre corps avec de l’exercice plutôt que lorsqu’elles sont stimulées chimiquement en laboratoire. Même s’ils ne transpirent toujours pas aussi bien, de quelle quantité d’encre auriez-vous besoin pour avoir des ennuis ? “Nous soupçonnerions que plus la surface de peau tatouée est grande, plus il y a de problèmes potentiels”, déclare Luetkemeier, notant que davantage de recherches sont nécessaires pour être sûr. “Toutes les zones de la peau ne sont pas également dotées de glandes sudoripares, il pourrait donc y avoir également des différences régionales.”

Des études de suivi aideront à répondre à ces questions. Mais pour l’instant, c’est un peu plus de matière à réflexion lorsque vous envisagez votre prochaine œuvre d’art corporel cycliste. (Vous pouvez rester au courant de toutes nos actualités sur l’entraînement et le fitness en vous inscrivant à notre newsletter !)

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io