Sprintez comme vous l’entendez

L’expert: Willow Koerber Rockwell (Trek World Racing), 34 ans, vient peut-être de revenir à la Coupe du monde après avoir pris congé la saison dernière pour se concentrer sur sa grossesse (Raven Starr Rockwell est né le 31 décembre), mais cela ne signifie pas qu’elle n’est pas prête à basculer cette saison. En fait, elle est particulièrement motivée, avec une place potentielle dans l’équipe olympique américaine à sa portée.

Si cela semble peu probable, vous ne connaissez pas Rockwell. Aux Championnats du monde 2010 au Mont-Sainte-Anne, Rockwell détenait une solide deuxième place avec moins d’un tour à faire lorsqu’une malheureuse chute l’a emmêlée dans la barrière sur le côté du parcours. Alors qu’elle s’extirpait, deux coureurs l’ont dépassée. Mais ensuite, Rockwell a lancé le sprint de sa vie (“J’ai juste vu rouge et j’ai dû passer”, dit-elle), et en quelques minutes, elle est revenue dans la course pour terminer avec le bronze. C’était impressionnant, c’est le moins qu’on puisse dire. Vous cherchez à ajouter un peu de maîtrise du sprint à votre propre vie de pilote ? Voici les conseils de Rockwell sur la façon de le faire.

Pratiquez-le naturellement : “Vous ne pouvez pas vous attendre à gagner un sprint si vous n’avez jamais pratiqué le sprint dans votre entraînement”, déclare Rockwell. Dans le même temps, de nombreux sprints de VTT ne sont pas pour l’arrivée, mais se produisent à d’autres moments de la course, souvent pour se battre pour la position. Comment s’entraîner? Travaillez des sprints dans votre course. “Pour moi, s’il y a une petite colline, je me lève et frappe au sommet”, déclare Rockwell. “C’est ma façon préférée de m’entraîner.”

Faites confiance à votre instinct : Si vous avez pratiqué vos sprints sur vos manèges, Rockwell dit que vous devez avoir confiance qu’il est téléchargé en vous et que votre corps saura quoi faire. Il ne vous reste plus qu’à vous préparer mentalement : « En entrant dans la course, je sais que tout ce que j’ai pratiqué est là pour y accéder », dit-elle. “Il s’agit d’être intuitif sur le moment, et non de deviner si vous êtes prêt.”

N’y allez pas trop tôt : Rockwell admet que son sprint long au Mont-Sainte-Anne était une anomalie – la plupart des sprints de la ligne d’arrivée ne durent pas aussi longtemps. Et cela signifie que le défi réside dans le timing et dans votre position. “Le pilote à l’arrière a la meilleure chance”, déclare Rockwell. “Vous ne voulez pas diriger, vous voulez juste être proche.” Au-delà de cela, la finition dépend de ce que vous ressentez. “Vous voulez vous donner suffisamment d’espace pour contourner la personne devant vous”, explique Rockwell. “Vous ne voulez tout simplement pas devenir si lactique dans les 10 ou 15 dernières secondes que vous serez balayé par les coureurs derrière vous avant de terminer.”

cette image n'est pas disponible

Préparez-vous : Une fois que vous êtes en position, vous devez rapidement faire votre travail de préparation. Cela signifie trouver le bon équipement – pas si difficile que la vitesse de vos jambes chute de façon spectaculaire, mais pas si facile que vous finissiez par vous débattre avant l’arrivée. En règle générale, cela signifie monter rapidement deux ou trois pignons, appuyer sur le verrouillage de votre fourche, puis vous lever et foncer. “Alors il est temps de creuser”, dit Rockwell. “Engagez-vous à aller aussi vite que possible.”

Une fois que vous y êtes… partez ! Il n’y a pas de bonne façon de le dire : un bon sprint final fait mal. “Lorsque vous faites du sprint, vous devez vous engager à 110%”, déclare Rockwell. « Ne pensez pas, ‘Oh, je suis allé trop tôt’, allez-y. Oui, vous aurez l’impression que vous allez mourir, mais cela fait partie de l’expérience. Peu importe, la fin est là. Ce sera fini avant que vous ne le sachiez.

Ce contenu est créé et maintenu par un tiers, et importé sur cette page pour aider les utilisateurs à fournir leurs adresses e-mail. Vous pourrez peut-être trouver plus d’informations à ce sujet et sur un contenu similaire sur piano.io